Niveau de crise sur les cours d'eau - interdiction de manœuvre de vannes

Avec les fortes chaleurs et le manque de précipitation durant les dernières semaines, le débit des cours d'eau continue de baisser.

 

Afin de garantir la fiabilité des mesures de débit effectuées sur les cours d'eau, le Préfet a pris une interdiction de manœuvre de vanne valable sur tout le département.

Nos dernières mesures de débit effectuées vendredi 3 juillet font état d'une situation de crise sur l'ensemble des cours d'eau : la Couze, la Conne, le Couzeau, la Louyre et la Gardonnette. Sur ces 5 cours d'eau les débits sont inférieurs aux débits biologiques minimum et la température de l'eau est trop élevée - de 19° à 22°.

 

L'hiver peu pluvieux (en terme de quantité, pas de jour de pluie) ainsi que la sècheresse actuelle sont la cause principale de ce déficit.

Toutes les économies d'eau (potable, agricole, industrielle) réalisées sur ces bassins versants sont bénéfiques aux milieux aquatiques.


Arrêté Préfectoral d'interdiction de manoeuvre de vannes
Ar_ManoeuvreVannes_16062015.pdf
Document Adobe Acrobat 629.5 KB

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Boucard (mercredi, 08 juillet 2015 20:49)

    Bonjour,
    Lors de la 1ere ou seconde conférence sur le climat au chili, les scientifiques français avaient laissés entendre qu'avec 2 degré de plus, le sud-ouest français serait semi-désertique; on y vient petit à petit avant même l'échéance envisagée : 2050 !
    Merci pour la fiabilité de vos infos.
    cordialement C.B.

  • #2

    RVPB (lundi, 20 juillet 2015 09:45)

    Bonjour,
    oui, malheureusement, un changement de fond semble s'opérer sur nos cours d'eau. Une étude réalisée par l'Agence de l'Eau Adour Garonne sur le bassin versant de la Garonne prévoit une baisse des débits d'étiage des cours d'eau de 50 % d'ici à 2050. Le lien vers le rapport : http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/grands-dossiers/la-garonne-2050.html
    Ce n'est pas rassurant, mais cela ne veut pas dire que l'on ne peut rien faire : la diminution des pompages directs (agricoles et eau potable) via les économies d'eau et la création de retenue de substitution pour les agriculteurs, la protection des zones humides, peuvent contribuer à soutenir les débits d'étiage.
    Cordialement